Aujourd’hui je vous présente la Rolls des micros USB, le micro Antelope Edge Go, c’est le micro USB le plus cher du monde et il vaut presque autant que l’ensemble des 22 micros que j’ai testés. Autant vous dire que j’ai les mains moites quand je le manipule. Bref, je vais vous le présenter en détail, que ce soit dans sa conception ou son logiciel qui est ultra complet.

Donc cette vidéo est consacrée au micro Edge Go, qui vaut officiellement entre 1300 et 1400 euros, c’est énorme pour un micro USB, et donc on va voir un peu ce qu’il vaut.

Unboxing Edge Go

Déjà quand on l’achète, on reçoit carrément une petite mallette en métal, rien que ça, ça met dans l’ambiance. Et du coup, eh bien on va regarder ce qu’il y a dedans ! On y trouve :

  • une carte de bienvenue signée Antelope
  • un câble USB-C détachable et un adaptateur USB-C vers USB-A
  • le microphone Edge Go, évidemment
  • un support anti-choc bien mastoc
  • un pied avec une base très lourde et donc très stable
  • un filtre anti-pop en métal

Sans le micro, le pied pèse plus de 1,3 kg (1 313 g), et le micro en lui-même pèse plus d’un demi-kilo (552 g), l’ensemble avec le support anti-choc et le filtre antipop pèse plus de 2,3 kg (2340 g). Rien que ça, ça sent bon la qualité de fabrication. Sans compter la taille du micro : 21,9 cm de longueur pour 5,3 cm de diamètre. Le design est épuré, aucun bouton, juste deux connectiques sur la face inférieure, un USB-C et un jack 3,5 mm pour le monitoring en direct sans latence.

Caractéristiques techniques

Le Edge Go est donc un micro à condensateur à large membrane, avec une membrane de 34 mm de diamètre plaquée or sur ses deux faces. À titre de comparaison, sur un Bird UM1, qui n’est pas à large membrane certes, la membrane mesure 15 mm de diamètre.
La réponse en fréquence va de 20 Hz à 20 kHz, mais ce qui nous intéresse un peu plus c’est de savoir que ce micro est multi-pattern, donc en gros on va pouvoir choisir entre une directivité cardioïde, bidirectionnelle ou omnidirectionnelle, on va y revenir. Notons aussi la fréquence d’échantillonnage allant de 32 kHz jusqu’à 192 kHz, sachant que pour le streaming on utilise généralement du 44,1 ou du 48 kHz. Pour info le Elgato Wave:3 est capable de monter jusqu’à 96 kHz, et sur un micro USB c’est très rare d’aller au-delà. Et la profondeur de bits peut monter jusqu’à 24-bit, donc avec potentiellement une meilleure précision et un enregistrement plus fidèle.

  • condensateur large membrane
  • membrane 34 mm plaquée or
  • cardioïde, figure en 8, omnidirectionnel
  • 20 hz – 20 khz
  • self noise 19 dB(A)
  • SNR 75 dB(A)
  • CAN 24 bits / 192 kHz
  • Pression acoustique max 116 dB
  • 5 V / 500 mA

Test des 3 directivités

https://www.youtube.com/watch?v=BZoNuQcPc4c&t=128s

Exemple avec la directivité cardioïde, le micro va essentiellement capter les sons provenant de l’avant, un peu moins sur les côtés, et beaucoup moins à l’arrière. Sur du bidirectionnel, les sons seront captés plus facilement à l’avant du micro, beaucoup moins sur les côtés, et à nouveau bien captés à l’arrière du micro. Et sur de l’omnidirectionnel, peu importe où je me situe, les sons seront captés parfaitement quelle que soit leur provenance. Pour du streaming, on privilégiera évidemment la directivité cardioïde, même si… bon, sans spoiler la suite, et je pense que vous vous en doutez un peu, mais ce micro n’est clairement pas destiné aux streamers, ce n’est pas du tout sa cible. Mais je ferai davantage de tests audio un peu plus tard.

Un simple micro USB ?

Mais mis à part tout ça, qu’est-ce qui le différencie des autres micros USB ? Déjà il nécessite un driver spécifique qu’il faut télécharger sur le site Antelope, sinon il sera inutilisable. Ensuite évidemment comme tout micro USB et à la différence d’une installation XLR où le micro doit être accompagné d’un préampli et d’un convertisseur analogique/numérique, ici on a tout directement dans le micro. J’ai fait une vidéo sur les différences entre les micros USB et XLR si le sujet vous intéresse. Donc une fois qu’on a installé les drivers, il faut télécharger le launcher Antelope, ça permettra de mettre à jour le firmware du micro, éventuellement les drivers à nouveau. Une fois que c’est fait, il faut créer un compte sur le site Antelope, le valider, puis activer le micro sur son PC. Notez qu’il vous faudra à minima Windows 10 ou macOS 10.12 pour pouvoir l’utiliser, mais vous allez comprendre pourquoi il faut faire toutes ces démarches.

Pourquoi si cher ?

Pourquoi un tel prix ? Pourquoi 1300 € ? La réponse est simple, ceci n’est pas un micro USB, c’est tout bonnement un studio portatif. À ce prix, outre le packaging, la qualité intrinsèque du micro et sa finition irréprochable, via le panneau de contrôle du micro vous avez accès à :

  • 18 émulations de micros réputés de chez AKG, Neumann, Coles, Telefunken, des micros à condensateur, des micros à lampe, des micros à ruban…
  • 30+ Effets Spéciaux comprenant des égaliseurs, des compresseurs, modulateurs, préamplis…

Et visiblement ça évolue assez souvent avec des nouveaux ajouts. Notons également que le micro dispose d’une puce FPGA qui gère spécialement les émulations et les effets, donc ça n’aura aucun impact sur le processeur du PC sur lequel il est branché. Mais en gros, vous avez beaucoup de matos qu’on peut trouver dans un studio d’enregistrement, mais directement dans un seul et même appareil. Alors je ne suis pas un spécialiste, et quand j’ai demandé à Antelope si ça les intéressait que je teste leur micro, je ne m’attendais pas du tout à avoir autant de fonctionnalités. Du coup c’est un peu comme donner de la confiture aux cochons, mais bon j’ai fait le maximum pour le tester de façon sérieuse, et donc on va voir ensuite ce fameux panneau de contrôle, et évidemment je vais pousser les tests audio un peu.

antelope edge go gros plan

Panneau de contrôle

Donc le voilà, ce panneau de contrôle, et pour la suite j’ai bypassé tous les effets de base, donc vous avez directement le son du micro Edge Go. Sur la gauche on peut voir les barres de volume et le bouton pour déterminer le volume d’entrée (le gain), à droite même chose avec le volume de sortie, et au milieu on a non seulement un bouton pour afficher le mixeur, mais c’est surtout là qu’on va pouvoir choisir l’émulation du micro et les éventuels effets.

  • Émulations : il y en a donc 18, et même si on n’a pas les noms d’origine, on aura bien compris que Berlin correspond à Neumann par exemple, ou encore Tokyo à Sony, Minnesota à Electro-Voice etc. Chaque émulation se rapproche très fidèlement du son du micro correspondant.
  • Effets (AFX) : on peut utiliser des pré-réglages, comme par exemple le preset Broadcast Voice qui pour le coup m’attire en tant que streamer, mais on peut évidemment utiliser ceux qu’on veut. Vous pouvez faire les combinaisons que vous voulez parmi les 36 effets à votre disposition parmi des égaliseurs, des préamplis, compresseurs, expandeur, noise gate, etc, etc. Ensuite vous n’aurez plus qu’à régler comme bon vous semble ledit effet, comme dans cet exemple avec l’égaliseur. Donc encore une fois très complet et bien overkill pour nous simples mortels. Je vous montre quelques effets mais là pour le coup je ne testerai pas tout, mais peut-être que certains d’entre vous qui s’y connaissent reconnaîtront des noms connus. Et donc je confirme qu’il y a environ 36 effets disponibles.
  • Plugin reverb : et enfin un plugin pour la reverb, qu’on peut régler selon 7 pré-réglages et activer/désactiver à la volée dans le mixeur.

Notez que dans le mixeur, on a deux pistes supplémentaires : USB 1/2 et USB3/4. En fait on peut associer ces entrées à ce qu’on veut. Sur Windows 10 par exemple, je peux choisir de mettre le son de mon navigateur sur le USB 1/2 et le son de Spotify sur le USB 3/4, ce qui me permettra d’avoir tout ça en retour si j’ai branché mon casque sur la prise jack du micro.

antelope edge go panneau de contrôle

Test des émulations de micros

https://www.youtube.com/watch?v=BZoNuQcPc4c&t=388s

Test des presets

https://www.youtube.com/watch?v=BZoNuQcPc4c&t=541s

Test guitare et chant

https://www.youtube.com/watch?v=BZoNuQcPc4c&t=624s

Avantages et inconvénients

Alors vous imaginez bien que je n’ai pas pu comparer les émulations avec les vrais micros supposés être émulés, le Edge Go coûte déjà un bras et il émule des micros dont certains valent carrément plus que lui ! Donc malheureusement je ne peux pas me prononcer sur ce point.

En revanche, le prix, je peux me prononcer dessus. Alors oui il est excessivement élevé pour un micro, à fortiori un micro USB. Mais encore une fois, à ce prix-là vous n’avez pas qu’un simple micro, vous avez un studio d’enregistrement. Et je sais bien qu’il existe d’autres solutions pour émuler des micros ou des effets, mais là tout se fait directement dans le Edge Go, aucun traitement n’est fait par l’ordi, avec des avantages évidents en matière de performance et de latence.

À titre de comparaison si on voulait l’équivalent en physique pour un micro et une interface XLR avec les effets qui vont bien, on pourrait rapidement dépasser le prix du Edge Go, donc c’est une façon de voir les choses, certains préféreront un équipement physique, mais pour ceux que le numérique ne rebute pas, le Edge Go peut être une solution.

J’en profite pour signaler que si vous vouliez acquérir des effets indépendamment du micro, sachez qu’ils sont disponibles sur la boutique Antelope et que ça peut vite coûter plusieurs centaines d’euros supplémentaires, donc là vous les avez directement en achetant ce micro.

Enfin un petit bémol également sur le bruit de base qui est assez élevé si on pousse le gain je trouve. Alors ça peut s’enlever en temps réel avec un filtre de suppression de bruit ou se réduire en augmentant la fréquence d’échantillonnage, ou simplement en post-production, ça se fait en trois clics sur Audacity par exemple, mais bon à part le prix il fallait bien lui trouver un autre défaut.

Un micro pour qui ?

Donc avec tout ça en tête, on peut se demander à qui s’adresse ce micro ? Certainement pas aux streamers, et pour en avoir discuté par e-mail rapidement avec un responsable de chez Antelope, ils confirment que la cible n’est pas du tout les streamers. En revanche, pour les musiciens j’y vois un intérêt car investir une fois dans une seule pièce d’équipement peut vraiment simplifier la vie, sans compter toutes les émulations et effets possibles qui permettront de régler le son aux petits oignons.

antelope edge go musique chant

Pour moi, je vous le dis clairement, je pourrais utiliser ce micro sur mes vidéos YouTube ou sur mes streams, mais ça serait vraiment dommage car je n’exploiterais qu’un très faible pourcentage de son potentiel.

En tout cas je remercie Antelope pour leur confiance, car prêter un micro de cette qualité et à ce prix à un profane, c’était couillu, mais voilà en ce qui me concerne j’ai essayé d’être le plus objectif et le plus complet possible dans la mesure de mes humbles compétences, et encore une fois je ne suis pas du tout ingénieur du son ou expert en audio donc je n’ai même peut-être pas su apprécier pleinement le potentiel du Edge Go, mais je garderai malgré tout une impression de qualité voire d’excellence et je peux vous garantir que je me souviendrai de la fois où j’ai testé le micro USB le plus cher du monde !

 

Quoi qu’il en soit, si vous avez des questions concernant le streaming du commun des mortels, n’hésitez pas à venir me les poser dès que je suis en live sur Twitch, la porte est ouverte, et pour les questions plus techniques, je vous rappelle que vous pouvez rejoindre le Discord communautaire Zero Absolu Gaming, lisez bien les règles pour débloquer tout le serveur et on vous répondra au plus vite. ? Sur ce, c’est la fin de cette vidéo, on se retrouve très vite pour la prochaine, et d’ici-là… bon stream !

Crédit miniature : https://twitter.com/Zeneles