Micro XLR ou USB Pour STREAM ? Lequel Choisir ?

0
82

USB, XLR… XLR, USB… Quel type de micro choisir ? Une question qui revient régulièrement, et si certains parmi vous ont déjà fait leur choix, je sais qu’il y en aussi beaucoup qui hésitent encore. Cette vidéo est donc faite pour vous, vous qui voulez savoir si le Bird UM1 sera notre éternel sauveur !! Excusez-moi, je me suis emporté. Donc XLR versus USB, c’est le programme du jour, on y va.

J’accélère avec le XLR ?

Hello Youtube, c’est Tom, votre streamer chauve à casquette préféré ! Mais si, celui qui streame les lundi, mercredi et vendredi soirs ! Enfin, vous n’êtes jamais passés sur le live ? Bah faut venir !
Alors aujourd’hui on va enfin répondre à cette question et savoir s’il vaut mieux un micro USB ou micro XLR pour streamer. Donc on va voir les avantages et les inconvénients de chacun, et on fera un petit test entre ces deux micros Rode qui se ressemblent étrangement, sauf que l’un est en XLR (Procaster) et l’autre est en USB (Podcaster), le tout après avoir fait un petit rappel général sur le fonctionnement d’un micro. Et pour ceux qui veulent passer directement au test, vous avez les chapitres dans la barre de lecture.
Au passage, si vous êtes streamer et que vous avez un micro USB, avant même de penser à le changer, vous pouvez essayer d’en tirer le meilleur en appliquant des filtres et surtout en utilisant des plugins VST comme par exemple un égaliseur, vous verrez que ça change totalement la sonorité de votre micro, c’est gratuit, ça fonctionne avec OBS et Streamlabs OBS, donc si ça vous intéresse, je vous invite à regarder cette vidéo.

Fonctionnement d’un micro

Il faut bien comprendre comment fonctionne une installation audio lorsque vous utilisez un micro. Alors sans sombrer dans la technique pure, vous pouvez retenir qu’en gros il va falloir au minimum 3 éléments dans la chaîne audio :

  • microphone : la partie la plus évidente. Que ce soit un micro dynamique, à condensateur, à large membrane… en gros il y a un élément dans le micro, qui va capter les ondes sonores quand vous parlez, et les transformer en un signal électrique, qu’on peut appeler le « niveau microphone ». Mais ce signal est très faible, d’où la nécessité de le booster grâce à un préamplificateur.
  • préampli : comme son nom l’indique, son rôle est tout simplement de récupérer un signal faible, comme le niveau microphone, et de l’amplifier afin d’obtenir un signal plus puissant, qu’on appelle du coup le « niveau ligne ». D’ailleurs vous avez déjà dû voir sur certains appareil, vous avez des entrées ou des sorties genre Line In ou Line Out. Eh bien la raison pour laquelle vous ne pouvez pas brancher un micro sur un entrée Line In, c’est que l’appareil s’attend à un signal de niveau ligne, donc votre micro avec son niveau microphone ne fonctionnera pas et il faudra le brancher sur une entrée micro spécifique.
    Mais maintenant que vous avez votre micro, qui arrive dans le préampli et qui booste le signal, il va falloir le convertir en signal numérique. Et ça c’est le job du convertisseur, en l’occurrence un…
  • convertisseur analogique-numérique (CAN) : qui va tout simplement prendre le signal analogique et le transformer en une série de 1 et de 0, signal numérique.

Donc si vous streamez et que vous utilisez un micro, ce qui est plus que probable, vous avez forcément ces 3 éléments quelque part. La configuration la plus courante, c’est le micro USB, qui va regrouper tous ces éléments dans une seule pièce, ce qui est pratique mais qui a aussi ses inconvénients, on y reviendra.
Autre exemple, vous avez un micro XLR, la plupart du temps on le branche sur une table de mixage, qui va donc disposer d’un préampli pour booster le signal du micro, et juste avant de sortir en USB vers votre ordi, il y aura une conversion en signal numérique.
Mais du coup, c’est la combinaison de ces 3 éléments qui va faire qu’un micro va être de meilleure qualité qu’un autre. Si vous avez un micro à 2000 €, ça existe, et que vous le branchez sur un préampli à 50 balles, il ne sonnera pas forcément mieux qu’un micro à 50 balles. Donc pour faire simple, c’est l’élément de moins bonne qualité entre le micro, le préampli et le convertisseur, qui limitera au final la qualité globale de votre audio. Vous suivez ?

Avantages & inconvénients

Donc à partir de là, on peut tout à fait deviner quels seront les avantages et les inconvénients d’un micro USB ou d’un micro XLR. Et encore une fois, on ne détaillera pas le type de micro (dynamique, à condensateur, etc), si ça vous intéresse voici un lien vers un article très bien fichu, mais personnellement j’ai retenu que les micros à condensateur, également appelés « statiques », n’étaient pas forcément les plus adaptés pour le streaming, car ils vont capter davantage de sons, type clavier, souris, etc. Donc à titre personnel je privilégie les micros « dynamiques ». Par exemple, le micro de mon casque BPHS1 est un micro dynamique, qui se branche d’ailleurs en XLR.

Donc pour les micros USB, au niveau des avantages, on a :

  • Plug and play : je branche le micro sur mon PC, il fonctionne tout de suite. C’est pratique, ça permet plus de mobilité, donc si vous voulez faire un stream cuisine, vous aurez juste à prendre le micro et rien d’autre.
  • Simplicité d’utilisation : un réglage de volume et basta, on utilise le micro, pas besoin de table de mixage ou d’équipement supplémentaire.
  • Coût : souvent bien moins chers que les micros XLR, pas systématiquement, mais en général ça revient quand même moins cher au final.

Ce qui nous permet d’enchaîner avec les inconvénients :

  • Valeur : on parlait du coût d’un micro USB juste avant, mais quand vous acheter un micro comme le Rode Podcaster à 200 €, vous n’achetez pas qu’un micro, vous achetez 1 micro + 1 préampli + 1 convertisseur analogique-numérique. Donc pour schématiser, vous avez 3 éléments à 60 balles là-dedans !
  • Durabilité : pas dans le sens où votre micro sera trop vieux, mais dans le sens où si vous voulez upgrader votre micro, il faudra tout changer, à l’inverse d’un micro XLR qui vous permettra de changer chaque élément au coup par coup. Donc si vous partez d’un Bird UM1 à 50 balles et que vous voulez mieux, vous pourrez par exemple envisager le Podcaster à 200 €, qui en plus est un micro dynamique, donc là vous aurez vraiment une amélioration sur tous les plans.

Et pour les micros XLR, à peu de choses près on va trouver l’inverse des micros USB en ce qui concerne les avantages et les inconvénients. Donc pour les avantages, on a :

  • Flexibilité : comme on le disait juste avant, si on veut améliorer son setup audio, on peut changer chaque élément séparément. C’est exactement ce que je suis en train de faire en ce moment, car on m’a beaucoup reproché la qualité audio de mes vidéos sur Youtube, à juste titre notamment sur les premières qui n’étaient vraiment pas folles. Mais là je suis en train de remplacer ma vieille table de mixage Behringer à 60 balles par une GoXLR bien plus qualitative, et le micro de mon casque va bientôt laisser place à un nouveau micro XLR, vous verrez ça très bientôt.
  • Choix : non seulement au niveau des micros, mais aussi au niveau des tables de mixage, des préamplis… Si vous trouviez qu’il y avait beaucoup de choix pour les micros USB, il est encore bien plus vaste pour le monde du XLR.
  • Durabilité : et là on parle vraiment en terme de durée de vie. Les micros XLR sont très solides et si vous faites le bon choix dès le début, ce n’est pas impossible que vous ne changiez plus jamais de micro. Pourquoi pas !

Et au niveau des inconvénients, là encore on à presque l’opposé des micros USB :

  • Mobilité : si on doit déplacer l’installation audio, ce n’est pas juste le micro, c’est aussi toute l’interface qui va avec, il faut refaire les branchements… Bref, on est loin du plug and play, même si ce n’est pas la mer à boire non plus,mais bon, c’est plus exigeant tout de même.
  • Complexité : elle est toute relative, mais plus vous monterez en gamme, plus vous aurez d’options. Sur une table de mixage par exemple, vous pouvez trouver un compresseur, un égaliseur, des faders, des effets spéciaux… Quand on débarque dans le domaine, ça peut paraître un peu compliqué, même si au final c’est comme pour tout, il suffit de s’y pencher un petit peu pour que ça aille mieux. Mais c’est vrai qu’au premier regard, ça peut être un peu stressant de devoir gérer un interface physique aussi complète.
  • Coût : car outre le prix du micro, il vous faudra également le préampli et le CAN, ou simplement les deux en un comme on trouve dans les tables de mixage. Donc meilleure qualité, mais coût plus important. Mais bon, on n’a rien sans rien.

Test USB vs. XLR

Et on en arrive au test, à la confrontation directe entre ces deux micros de chez Rode, le Podcaster qui est USB, et le Procaster qui est XLR. Ce sont tous les deux des micros dynamiques. Le Procaster XLR sera branché sur une table de mixage d’entrée de gamme, donc avec un préampli pas ouf, mais je ne toucherai pas aux réglages, donc pas d’égaliseur ou de compresseur ni pour l’un ni pour l’autre. Et à l’issue du test, n’hésitez pas à me dire lequel vous avez préféré dans les commentaires, moi j’ai mon petit avis mais j’aimerais bien avoir le vôtre. Et on y va pour le test :

À ÉCOUTER DANS LA VIDÉO à 07:07 !

Voilà pour le face à face entre ces deux micros USB et XLR, c’était court mais suffisant je pense pour se faire une opinion rapide. Encore une fois, je précise que le micro XLR était branché sur une table de mixage d’entrée de gamme qui constitue clairement le facteur limitant au niveau de la qualité. Je rappelle aussi que, que ce soit pour l’un ou l’autre, USB ou XLR, il est fortement conseillé de bien régler votre micro. Si vous êtes en XLR, directement sur votre table de mixage ou votre interface XLR, avec un compresseur et un égaliseur, c’est le minimum syndical. Et si vous êtes en USB, vous avez différentes vidéos sur la chaîne qui vous expliqueront comment faire sur OBS et Streamlabs OBS, notamment sur la façon d’intégrer un égaliseur grâce aux filtres sur OBS, je vous mettra un lien dans une fiche et dans la description.
Et enfin, le plus important, si cette vidéo vous a plu, n’oubliez pas le petit pouce bleu et n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne, activer la cloche et surtout parcourir les autres vidéos de la chaîne, vous trouverez de tutoriels, des tests de matériel mais aussi des conseils pour vous lancer dans le streaming.

 

Et si vous voulez discuter autour du streaming, je vous invite à venir rejoindre la commu dès que je suis en live sur Twitch, les lundi, mercredi et vendredi soirs, et pour les questions plus techniques, pensez au Discord communautaire Zero Absolu Gaming, tous les liens sont dans la description juste en dessous, comme d’habitude.
Sur ce, c’est la fin de cette vidéo, RDV très vite pour la prochaine et d’ici-là… bon stream !